Remise à jour des concessions

En 2019, le CCAS de Saint Jean avait commencé une démarche visant à remettre à jour les concessions du cimetière. Cette procédure, longue et fastidieuse implique la recherche des descendants, qui passe parfois par l’identification même du défunt. La nouvelle équipe s’atèle à nouveau à cette tâche et a besoin d’aide. 

Au cours du siècle dernier, la gestion des cimetières a énormément évolué. Alors que la question de la durée ne se posait pas au début du XXe siècle, les dispositions ont largement changé depuis. Au fil des décennies et des mandats, la durée des concessions a donc pu être révisée à l’envi. C’est ainsi que le cimetière de Saint Jean s’est retrouvé doté de concessions perpétuelles, centenaires, cinquantenaires et trentenaires, chaque conseil municipal tentant de répondre au mieux aux besoins de la population.

La loi invite aujourd’hui les communes à reprendre les concessions deux ans après leur échéance, si celles-ci n’ont pas été renouvelées. Pour les concessions perpétuelles, leur abandon permet de déclencher une procédure de reprise qui s’étale sur plus de 3 ans et implique de nombreuses démarches. Tout commence par l’identification des descendants du défunt, lorsque celle-ci est possible, bien entendu.

Créé en 1931, le cimetière de Saint Jean nous offre un véritable voyage dans le siècle dernier. En arpentant ses allées, on tombe sur des sépultures arborant les noms de grandes familles de la commune. Mais alors que les plus anciens ont pris repos au cimetière communal il y a près de cent ans, il n’est pas toujours aisé de savoir vers qui se tourner.

Dans les années 1980, des relèves de dépouilles ont déjà été effectuées dans une partie du cimetière. L’absence de traces écrites à propos des actions effectuées nous prive cependant d’informations essentielles.

En 2019, une entreprise a été mandatée par le conseil municipal, dans le but de dresser un plan le plus complet possible du cimetière. Du nom du défunt à la durée de la concession, les informations ont été synthétisées sur des plans créés à partir d’une photo d’ensemble prise par un drone. Un support de travail précieux, qui nous donne un point de départ pour effectuer ce travil. Cependant, les registres de la mairie étant incomplets, les documenstsont loin d’être exhaustifs. Des fouilles dans les archives nous ont bien permis d’ajouter quelques informations, mais d’énormes trous restent encore à combler, notamment sur la période de la fin des années 1940 aux années 1970.

Depuis le début des années 2000, l’informatisation et un suivi régulier ont permis de centraliser les informations qui sont parfaitement tenues à jour.

En raison du manque d’informations auquel nous faisons face, nous faisons appel à votre mémoire. Nous comptons sur vous pour nous aider, par des documents ou des témoignages, à faire en sorte que la démarche de remise à jour puisse être menée à bien, dans le respect de la mémoire de nos défunts.

L’équipe du CCAS vous remercie d’avance pour votre aide précieuse.